Facilitation des apprentissages

Depuis 5 ans que j’exerce dans ce domaine, vous êtes nombreux à me demander comment ça se passe, ce que je propose de faire avec vos jeunes. Quel bilan, quelles adaptations je propose et comment ça marche?

Voici le déroulement de mes suivis EnCéFAL® en ligne :

  • Un premier contact téléphonique ou par mail où vous m’expliquez la situation, vos ressentis et ce que vous percevez de votre enfant/ado.
  • Un rendez-vous d’anamnèse, durant lequel nous faisons connaissance, nous prenons le temps de parler et nous faisons quelques tests en direct pour connaître le mode de fonctionnement de son cerveau (je précise : ce ne sont pas des tests de QI, mais ils peuvent aisément compléter ce genre d’approche si besoin).
  • Un lien vers une série de tests (qui peuvent aussi être faits avant la séance d’anamnèse) :
    • le niveau de bien-être
    • les affinités cognitives
    • les ressources biologiques utiles au fonctionnement optimal du cerveau

Puis je crée une série de séances totalement adapté à SA situation, séances à base de jeux pour entraîner le cerveau à fonctionner mieux, à fonctionner plus efficacement.

Une dizaine de séances sont souvent nécessaires pour activer et installer le changement de manière durable.
Nous utilisons les activités ludiques pour activer les fonctions cérébrales utiles pour un apprentissages réussis, et abordons le fonctionnement du cerveau, les émotions, le sommeil, la psychologie positive, etc …

Il est question d’utiliser la plasticité du cerveau pour installer de nouvelles habitudes,
Mais aussi de trouver ce qui fonctionne pour lui pour se concentrer plus efficacement, pour être plus attentif, et aussi un travail avec les techniques de mémorisation qui fonctionnent pour qu’il trouve ce qui fonctionne le mieux pour lui.

Au bout de 5 séances, on commence en général à observer des changements tant au niveau des facilités d’apprendre, mais aussi au niveau du comportement général.
Un jeune qui se sent plus à l’aise dans ses apprentissages, se comporte de manière plus adéquate, est souvent plus calme et détendu, d’autant que nous faisons un gros travail régulier sur l’accueil et la gestion des émotions.

On poursuit les séances (8 à 10 séances en général) pour que les bénéfices soient durables et qu’il en tire le plus d’avantages sur le long terme.

Le sentiment d’efficacité personnelle

Confiance en soi? Estime de soi? Sentiment d’efficacité personnelle ?

J’ai rencontré récemment les travaux d’Albert Bondura au sujet du sentiment d’efficacité personnel, et j’ai souhaité faire le lien avec certains accompagnements.

👉 la confiance en soi : vous avez confiance en vos capacités, en vos ressources personnelles pour trouver des solutions à vos soucis, vos intertogations…
👉 l’estime de soi : elle se manifeste par la fierté que vous avez d’être vous-même et repose sur l’évaluation continue de vos actions..
👉 le sentiment d’efficacité personnelle

Définir, développer le sentiment d’efficacité personnelle :

L’expérience : Les expériences personnelles, de réussites ou d’échecs, sont les plus influentes sur le sentiment d’efficacité. Noter ses réussites avec objectivité, questionner votre entourage à propos de vos réussites (avec le plus d’objectivité possible).

L’observation d’autrui : Observer quelqu’un d’autre réussir à atteindre un but augmente le sentiment d’une personne qu’elle peut réussir elle aussi. Un mélange de plusieurs approches ici, on.va parler de neurones miroirs chez les enfants, mais aussi de la force de l’intention ou encore du fait d’observer ce que considérez comme de la réussite pour vous apercevoir que vous êtes au moins en chemin …

La persuasion sociale : Il s’agit des encouragements ou découragements. Il est généralement plus facile de diminuer le sentiment d’efficacité personnelle de quelqu’un que de l’améliorer. Vous entourer de personnes qui vous font progresser, qui valorisent ou à minima notent vos réussites.

Les facteurs physiologiques et émotifs : Les gens se fient aussi en partie à leurs états émotifs et physiologiques pour juger de leur capacité. Ils interprètent leurs réactions de stress et de tension comme un signe de vulnérabilité. L’humeur affecte également les jugements sur l’efficacité personnelle. Une meilleure compréhension de votre vie émotionnelle et la conscience de l’impermanence des émotions est incontournable.

Les personnes qui ont un sentiment d’efficacité personnelle élevé ont tendance à avoir une meilleure estime de soi et à être plus optimiste.

Du Beau, du Bien, du Bon pour doper votre optimisme et votre sentiment d’efficacité personnelle !

On fixe un rendez-vous pour un accompagnement en ligne?

Autocompassion

L’auto-compassion est la capacité de se donner du soutien, de reconnaître sa souffrance avec empathie. C’est la capacité de se tendre la main à soi-même, sans nier sa souffrance, sans non plus s’auto-flageller pour ce qu’on traverse.

La compassion, en elle-même, inhiberait le système cérébral de gestion de la menace (sentiment d’insécurité, comportements défensifs) et activerait le système d’attachement et de soin (sentiment de sécurité psychologique, attachement, apaisement et ouverture).

Les 3 dimensions de l’autocompassion

ÉCOUTE : Être à l’écoute de soi, de sa souffrance et de ses besoins sans jugement ni dévalorisation. Il s’agit de vivre en conscience nos ressentis et pensées : ce n’est ni être dans le déni, ni être dans l’amplification ou la sur-identification à ce que nous ressentons. C’est une posture à la fois ouverte, curieuse et à notre expérience.

BIENVEILLANCE : Être gentil et bienveillant envers soi-même, s’apporter du soutien et de la considération. Reconnaître que sa souffrance est difficile plutôt que de se flageller pour cette souffrance.

HUMANITÉ COMMUNE : Sentir que notre souffrance est une expérience humaine qui nous rapproche des autres plutôt que nous isole.

L’auto-compassion permet de cultiver un dialogue interne soutenant et compréhensif et de construire un espace refuge de sécurité en soi.

Les études indiquent que l’auto-compassion est liée à une meilleure santé mentale, avec moins de risque de dépression et d’anxiété, d’après une méta-analyse regroupant 14 études sur le sujet (MacBeth & Gumley, 2012).

🎁 Une alternative à l’estime de soi

L’auto-compassion est envisagée comme une alternative à l’estime de soi, car même si les deux partagent des similarités, elles présentent également des différences significatives :

Les deux sont associées à des effets positifs comme l’acceptation de soi et des affects positifs en relation avec soi, cependant l’estime de soi est associé à l’image qu’un individu a de lui-même, ce qui n’est pas le cas de l’auto-compassion.
L’auto-compassion est associée à un sentiment de valeur personnelle plus stable et moins dépendante du contexte.

EnCéFAL®

Entraînement Cérébral Fonctionnel par les Activités de Loisirs

EnCéFal® est une méthode scientifique d’entraînement cérébral unique et originale.

Développée en partenariat avec un laboratoire universitaire (CeRCA, UMR-CNRS 7295), et présentée lors de colloques universitaires et d’articles scientifiques, la méthode EnCéFal® fait aujourd’hui l’objet d’une formation, que j’ai suivie en 2015 puis prolongée d’une période de pratique accompagnée de 3 ans pour devenir praticien expert. Aujourd’hui et depsui 2020, je fais partie de l’équipe des formatrices pour cette méthode, supervisée par le Dr Grimaud.

La méthode EnCéFal® utilise les activités de loisirs comme outil de travail cérébral pour développer capacité, plaisir et motivation.

La méthode EnCéFal® permet :

  • d’améliorer les capacités cérébrales
  • de développer votre optimisme
  • de rendre plus agile intellectuellement, plus fort psychologiquement et plus heureux …

Psychologie et santé du cerveau.

Psychologie positive : un des piliers de la méthode est de travailler sur les RESSOURCES PSYCHOLOGIQUES de la personne. De lui faire prendre conscience de ce qui va bien autour d’elle et en elle. La base de la psychologie positive telle que je l’ai apprise lors de mon cursus de coaching en psychologie positive. Notre touche EnCéFAL® : le Beau Bien Bon.
Il fait partie intégrante de la méthode. Incontournable. simple sans être simpliste, il ouvre le champ des possibles (et vraiment, j’ai adapté et teinté toutes les techniques que j’ai apprises au Beau Bien Bon!)

Psychologie cognitive : C’est le Dr Elisabeth Grimaud, lors de sa thèse en psychologie cognitive, qui a fait valider la méthode scientifiquement. Elle a été l’objet d’articles officiels. La méthode EnCéFAL® se base sur les études et découvertes des scientifiques et elle avance au fur et à mesure des découvertes. Un autre pilier de la méthode concerne les RESSOURCES COGNITIVES : Il est question de cognition, de fonctions cognitives, de fonctions exécutives supérieures, de concentration, de mémoire, d’attention… Nous utilisons les jeux, les activités de loisir, les activités que la personne aime pour stimuler ce qui doit l’être. Dans la joie et la bonne humeur !
Chaque praticien certifié à la méthode intégré dans le réseau officiel est tenu informé des nouveautés, des publications scientifiques et nous sommes en formation continue permanente!

Santé du cerveau : La méthode EnCéFAL® permet de faire le point sur les RESSOURCES BIOLOGIQUES. Elle permet de découvrir et savoir comment soutenir et nourrir ces ressources. On parlera sommeil, microbiote, activité physique, lien à la nature et aux autres… Le Dr Grimaud, elle aussi, se forme en permanence. En plus de ses diplômes précédent son doctorat et ce dernier, elle valide actuellement un DU de micronutrition. Intuitivement, j’allais sur ce sujet. Ce que nous mettons dans notre assiette est essentiel pour le corps, le coeur et le cerveau.

Depuis que j’ai été formée à cette méthode en 2015, ma manière de travailler à changer, oui. EnCéFAL® et le Beau Bien Bon sont partout.


Mes séances de Sophro-relaxo, les visualisations qui les accompagnent sont teintées de BBB.
Mes suivis de coaching en psychologie positive sont basées sur le Beau Bien Bon et sur le fonctionnement du cerveau…
Ma manière d’apprendre, de percevoir et de prendre soin de la vie en moi aussi.

Une révolution que je vis avec joie depuis 2015.

Et si c’était le moment idéal pour vous de franchir le cap et de tenter l’aventure EnCéFAL®?

Je vous accompagne en ligne depuis 2017 :
Contact

Suivis en ligne

Depuis 2017, j’accompagne en ligne -à distance, toute personne qui a besoin d’être accompagné pour :

  • Faciliter ses apprentissages,
  • Changer des éléments de sa vie (travail ou perso),
  • Remettre de la lumière dans son coeur et dans son mental,
  • Développer son optimisme, découvrir ses forces,
  • Travailler sa mémoire, sa concentration,
  • Apprendre à accueillir ses émotions (sensations, poids émotionnel, lever des blocages anciens)

Une prise de contact, un premier rendez-vous, (des questionnaires sen ligne à réaliser avant ce rdv), et ensuite on avise ensemble du type de suivi que nous allons mettre en place.

Tarifs :

  • Anamnèse classique (telle que décrite ci-dessus) : 70€, elle sera suivie de séances en ligne
  • Bilan Conseil : 145€, il se suffit à lui même, vous aurez les pistes à explorer par vous-même lors d’un bilan écrit sous quinzaine.

CONTACT

Cohérence Cardiaque

La cohérence cardiaque est une technique de respiration basée sur un rythme spécifique promettant de nombreux bienfaits.
Mise en avant dans les années 90, en 30 ans, elle n’a pas pu se poser sur des preuves scientifiques faute d’études correctement contrôlées, elle reste au stade d’approche prometteuse.  Elle est diffusée aux États-Unis par Stephen Elliott et, en France, par la fondation du docteur David Servan-Schreiber, puis par l’institut de formation professionnelle Equilibios du docteur David O’Hare.

Possédant près de 40 000 neurones ainsi qu’un réseau complexe et dense de neurotransmetteurs, le cœur communique directement avec le cerveau. En agissant sur notre rythme cardiaque en ayant recours à des exercices de respiration, nous avons la possibilité d’envoyer des messages positifs au cerveau.

Le Dr David O’Hare explique que la cohérence cardiaque peut se définir comme « un état d’équilibre entre le système nerveux sympathique et le système nerveux parasympathique. Le premier est le système d’adaptation qui se déclenche en cas de menace, le second est le système de récupération, une fois le danger passé.

La respiration en cohérence cardiaque n’est pas naturelle, elle se travaille : En cohérence cardiaque, on respire 6 fois de suite par minute, soit de manière volontaire et régulière- et ce 3 fois par jour.
Notez bien que ses bienfaits sont fugaces : ils durent entre 3 et 6 heures après la fin de l’exercice, et en moyenne 4 heures.  Pour en profiter à long terme, nous n’avons qu’une seule solution : pratiquer la cohérence cardiaque trois fois par jour et tous les jours !

Pour ce faire, j’utilise et je conseille des supports visuels, soit directement sur des plateformes bien connues (je vous ferai la liste de mes chouchou), soit en utilisant des applications. A ce jour, je devrais dire une application : Respirelax (réf au bas de cet article).

Ses bienfaits (liste issue du site passeport santé) :

Pratiquer la cohérence cardiaque présente de nombreux bénéfices, à court terme comme à long terme.

Effets immédiats

  • Augmentation de l’amplitude de la variabilité cardiaque
  • Arrondissement et régularité de la courbe
  • Apaisement

 

Effets sur une moyenne de quatre heures :

  • Baisse du cortisol, la principale hormone de défense secrétée pendant un stress.
  • Augmentation de la DHEA, hormone de jouvence qui ralentit le vieillissement.
  • Augmentation des IgA salivaires qui participent à la défense immunitaire.
  • Augmentation de l’ocytocine, neurotransmetteur qui favorise l’attachement (aussi appelé « hormone de l’amour »).
  • Augmentation du facteur natriurétique auriculaire, hormone secrétée par le cœur et qui agit sur l’hypertension artérielle.
  • Augmentation des ondes alpha qui favorisent la mémoire, l’apprentissage mais aussi la communication et la coordination.
  • Action favorable sur de nombreux neurotransmetteurs (hormones qui véhiculent les émotions) dont la dopamine (plaisir) et la sérotonine (prévention de la dépression et des angoisses).

 

Effets à long terme (au bout d’une dizaine de jours) :

  • Diminution de l’hypertension artérielle
  • Diminution du risque cardiovasculaire
  • Régulation du taux de sucre
  • Réduction du périmètre abdominal
  • Meilleure récupération
  • Amélioration de la concentration et de la mémorisation
  • Diminution des troubles de l’attention et de l’hyperactivité
  • Meilleure tolérance à la douleur
  • Amélioration de la maladie asthmatique
  • Amélioration des maladies inflammatoire

A quels moments ?

  • Le matin, au lever. C’est là que le pic de cortisol serait le plus élevé ;
  • Un peu avant midi, pour se préparer à la digestion, pour évacuer le stress du matin avant cette pause collation.
  • En fin d’après-midi, au moment de changer de rythme, avant de retourner à la maison par exemple ou juste en arrivant chez soi.

Si votre journée a été particulièrement stressante, permettez-vous une pause « CC » supplémentaire. Et gardez bien à l’esprit que moins on a de temps pour soi, plus il est nécessaire de faire ces pauses !

 

Pour débuter avec la CC :

Une application à avoir sur votre smartphone :

https://www.thermes-allevard.com/content/respirelax-0

Spécial débutants, puis sur sa chaine, d’autres suivent (je les trouve bien faits, car progressifs !):

https://youtu.be/BYPu_6nDU7o

Mon chouchou, pour la suite, quand vous aurez testé et progressé au niveau du rythme :

https://www.youtube.com/watch?v=bM3mWlq4M8E&t=132s

L’intelligence émotionnelle

C’est ainsi qu’on nomme la capacité qu’a l’humain à avoir conscience de ses émotions, à être en mesure de les accueillir, de les comprendre et de s’en servir pour avancer au mieux, vers une version de la vie qui lui  convienne.

Nos émotions ET celles des autres…

Pour ceux (parents ou enfants) qui suivent ou ont suivi  un programme Encéfal®, pour développer cette intelligence, on va donc devoir s’appuyer sur  nos amis Solo et Sami, mais aussi sur Manuel.

Solo, c’est celui qui se connaît bien, qui aime prendre soin de lui,

 

Sami, c’est celui pour qui le lien à l’autre a une grande place dans son mode de fonctionnement, Comprendre ce que vit l’autre et ainsi développer son empathie fait aussi partie de l’intelligence émotionnelle.

Manuel pour lui, son génie passe par son corps.

Les émotions partent du corps puis son analysées par le cerveau.
Si elles sont nos alliées (et pas nos ennemies, pas du tout !), encore faut-il les accueillir comme on  accueillerait son meilleur ami. Celui qui parfois vous dit des choses désagréables, mais qui veut votre bien…

Eh bien, les émotions, c’est pareil !

Agréables ou désagréables, ce qu’elles vous indiquent, c’est ce qui est bon pour VOUS. De manière TOTALEMENT subjective, puisque teintées par vos valeurs, votre culture, vos objectifs réels.

Les accueillir, puis les comprendre , comprendre ce qu’elles ont à nous révéler qu’on aurait laissé passer…

Puis réussir à les nommer, Ici, c’est notre amie Mollie, la championne des mots (dans les suivis EnCéFAL®) qui fait son entrée ! Trouver le mot juste pour faire baisser la pression que peut provoquer cette émotion qui vient de monter en conscience. Puis enfin exprimer, à sa juste intensité de manière adéquate en tenant compte du contexte …
C’est tout un processus qui peut s’apprendre.

C’est tout un processus qui aide et soutient dans la vie de tous les jours pour avancer sur un chemin JUSTE pour soi, en accord avec soi-même.

 

On peut donc s’appuyer sur quelques-unes des préférences cognitives qu’on connait pour développer son intelligence émotionnelle : Linguistique (Mollie), Kinesthésique (Manuel), Intrapersonnelle (Solo) et interpersonnelle (Sami).

Si les enfants n’ont aucune idée de l’intensité de ce qu’ils vivent (voir les travaux de C. Gueguen), ils reconnaissent assez facilement le registre de l’émotion, et en tant que parents, vous pouvez :

  • Montrez l’exemple : Accueillez vos propres émotions…
  • Acceptez leurs émotions (votre émotion-réaction à un événement n’est pas forcément la même que la leur, acceptez le),
  • Accompagnez-les à découvrir le vocabulaire adéquat,
  • Montrez-leurs qu’ils savent déjà décrypter ce que les autres ressentent et que ça a du sens de s’y intéresser… ça s’appelle l’empathie (ça fait partie du BON du Beau Bien Bon)

 

Enfin, pour finir, voici les 5 habilités à travailler pour développer l’intelligence émotionnelle :

 

Améliorer la relation parent-enfant avec la pratique de l’attention.

Des chercheurs se sont intéressés aux effets de la pratique de la mindfulness (pratique de l’attention) dans le cadre de la relation parent-enfant chez des enfants diagnostiqués avec une troubles de l’attention et de l’hyperactivité (TDAH).

Chez ces enfants, les difficultés d’obéissance amènent souvent les parents à exercer un contrôle sur leur enfant, aboutissant parfois à une augmentation de l’opposition de l’enfant.
Cette situation d’opposition empêche l’enfant de développer lui-même des stratégies d’auto-régulation.

Cette étude suggère que l’entraînement à la pleine conscience pour les mères et leur enfants, diagnostiquées TDAH améliore la relation mère-enfant.

De plus, elle indique que l’amélioration commence dès que la mère s’engage dans la pratique, avant même que l’enfant ne pratique la pleine conscience lui-même.

Les résultats sont encore améliorés lorsque l’enfant débute la pratique.


En pratique :

Le programme de suivi individuel Beau Bien Bon tend à amener les participants vers la pratique de la pleine conscience (observation éclairée de soi).

Pleine conscience de son hygiène de vie,
Pleine conscience du jeu,
Pleine conscience du Beau Bien Bon de la vie.

Source EnCéFAL®️

 

Plus d’informations

contact@stephanieminati.fr

LEAA® et les libérations émotionnelles

Formée à cette méthode en été 2018, je l’utilise essentiellement pour reconnaitre et libérer des émotions anciennes et bloquantes.

La méthode LEAA ® propose une libération énergétique visant à rétablir l’équilibre énergétique du corps, à le libérer des blocages émotionnels et contribuer à lui redonner son plein potentiel.

C’est une méthode entièrement naturelle, non invasive et n’impliquant pas l’usage de médicaments.

La méthode LEAA ne se substitue pas à un traitement médical.  La personne suivant un programme LEAA ® s’engage à poursuivre les traitements et recommandations de son médecin.

Cette méthode est aussi efficace en présentiel qu’en ligne (avec webcam).