C’est vous qui le dites : Jennifer, maman de Lehna 7 ans

“Lehna est une petite fille âgée de 7 ans qui avait de très grosses difficultés scolaires, elle était tête en l’air, pas concentrée du tout, lui faire faire une simple lecture de 3 lignes pouvait me pendre jusqu’à 2 heures.
L’apprentissage des jours de la semaine, par exemple lui a pris 2 ans.
Aujourd’hui grâce au travail effectué avec Stéphanie, Lehna est contente d’aller à l’école, elle me demande tout le temps de travailler, elle est plus concentrée et elle a découvert que lire était facile, il fallait juste trouver la bonne clef et adapter le travail en fonction d’elle … Les devoirs d’école se font en 20 min grand max contre plusieurs heures auparavant tout ça avec le sourire et non plus des pleurs.
Je n’avais pas encore dit à la maîtresse que Lehna suivait la méthode EnCéFAL® ; Aujourd’hui, j’avais rendez-vous avec elle et elle m’a dit que Lehna s’était améliorée, qu’il fallait qu’elle continue ainsi.
Lehna est fière d’elle et n’a qu’une envie c’est de continuer et donner tout ce qu’elle a.
Merci Stéphanie”

Merci Jennifer pour ton témoignage !

À ce jour, nous avons fait Lehna et moi 7 séances EnCéFAL®- en ligne, chaque mercredi matin.
En parallèle, j’ai fait le point avec Jennifer sur les jeux dont les enfants disposent à la maison. Je lui ai conseillé certains à privilégier compte tenu du profil intelligences multiples de Lehna.
À chaque fin de séance, nous prenons 10mn pour faire le point, nous parlons pratique de l’attention, connaissance et accueil des émotions, par exemple. Nous faisons un travail commun qui demande à la famille de s’impliquer autrement…en jouant, en comprenant le mode de fonctionnement de chacun, en pointant, notamment, tous les efforts effectués.
Please follow and like us:

Améliorer la relation parent-enfant avec la pratique de l’attention.

Des chercheurs se sont intéressés aux effets de la pratique de la mindfulness (pratique de l’attention) dans le cadre de la relation parent-enfant chez des enfants diagnostiqués avec une troubles de l’attention et de l’hyperactivité (TDAH).

Chez ces enfants, les difficultés d’obéissance amènent souvent les parents à exercer un contrôle sur leur enfant, aboutissant parfois à une augmentation de l’opposition de l’enfant.
Cette situation d’opposition empêche l’enfant de développer lui-même des stratégies d’auto-régulation.

Cette étude suggère que l’entraînement à la pleine conscience pour les mères et leur enfants, diagnostiquées TDAH améliore la relation mère-enfant.

De plus, elle indique que l’amélioration commence dès que la mère s’engage dans la pratique, avant même que l’enfant ne pratique la pleine conscience lui-même.

Les résultats sont encore améliorés lorsque l’enfant débute la pratique.


En pratique :

Le programme de suivi individuel Beau Bien Bon tend à amener les participants vers la pratique de la pleine conscience (observation éclairée de soi).

Pleine conscience de son hygiène de vie,
Pleine conscience du jeu,
Pleine conscience du Beau Bien Bon de la vie.

Source EnCéFAL®️

 

Plus d’informations

contact@stephanieminati.fr

Please follow and like us:

C’est vous qui le dites : Eva – Coach & Énergéticienne

Stéphanie et moi nous nous sommes rencontrées à Reims pendant la formation à la méthode LEAA. Durant ce temps de formation pratique, j’ai eu la chance de travailler avec Stéphanie.

Le sujet choisi et validé était de travailler sur mon allergie au latex qui ne me facilite pas du tout la vie…. De plus, par similitude dans les molécules, j’étais aussi devenue intolérante aux bananes et aux kiwis !

J’étais convaincue de ce que nous allions trouver comme conclusion, mais à l’aide de son biotest, Stéphanie est remonté à une cause très ancienne – mes 2 ans ! J’ai immédiatement su de quel événement elle me parlait. Elle a mis le point sur le point de départ d’un problème récurrent dans ma vie ! J’étais bluffée !
Nous avons libérer ensemble. Ça n’a pas été facile pour moi car j’étais débordée émotionnellement mais Stéphanie a su m’encourager et me laisser la place suffisante pour que je m’exprime en sécurité.

Suite à la libération, je constate que je n’ai plus de problème avec les bananes !! Je n’ai pas encore remangé de kiwi car ce n’est pas la saison (et pour être honnête je n’ai jamais trop aimé ça..!)  
En revanche, ma peau ne réagit plus au latex. Plus de rougeurs ni démangeaison, ni (et c’est surtout ça le plus visible chez moi) d’appréhension !
Le soin m’a permis d’y voir plus clair sur mes problèmes non résolus et de me donner une direction à prendre.


Stéphanie à su me guider et m’accompagner vers des solutions concrètes, vers des actions que j’ai pu mettre en place facilement.

Merci Eva pour ton témoignage !

 

Et pour vous, qu’est-ce que je peux faire?
Voici un court formulaire qui vous permettra de vous rendre compte de  l’utilité de cette méthode.
Ma spécialité : les émotions !

Please follow and like us:

Troubles DYS… qu’est ce que c’est?

Ils ne sont pas la conséquence d’un handicap visuel, auditif ou moteur, d’un retard mental, de troubles émotionnels, ou d’un désavantage environnemental, culturel ou économique.
Ils peuvent affecter le développement cognitif d’une ou de plusieurs habiletés telles que parler, lire, écrire, faire des mathématiques, planifier et coordonner des tâches motrices.

Il est important de distinguer les troubles dys eux-mêmes des difficultés d’apprentissage, qui est une expression générique, utilisée dans le sens le plus large, se référant à divers aspects de l’échec scolaire de l’élève, quelle qu’en soit la cause.

Les troubles dys peuvent être présents séparément, mais il arrive fréquemment que des troubles dys différents se chevauchent. L’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (Inserm) a publié en 2014 que 40% des enfants ayant un “Dys” en ont au moins un autre. Alors que l’Association européenne de la dyslexie estime  que :

  • 50 % des personnes dyslexiques sont également dyspraxiques.
  • 40 % des personnes atteintes de dyspraxie sont dyslexiques ou présentent des différences d’attention.
  • 85 % des personnes atteintes de dysphasie sont également dyslexiques.
  • 20 % des personnes dyslexiques présentent des différences d’attention avec ou sans hyperactivité.
  • 50 % des enfants hyperactifs sont dyslexiques, etc.

Lorsque nous parlons de troubles spécifiques du langage, nous faisons référence, au sens strict, aux problèmes d’apprentissage :

  • Primaire ou spécifique
  • Intrinsèque à la personne qui apprend
  • Pour lequel il est difficile de trouver une explication

Malgré le fait que de nombreux apprenants sont affectés par les troubles Dys, l’estimation de leur quantité est variable.

L’Association européenne de la dyslexie estime qu’il y a entre 5 et 12 pour cent de la population ayant au moins un TSA. Mais ces estimations peuvent varier davantage selon la personne à qui vous parlez. Comme il n’existe pas de statistiques complètes, les estimations varient entre 1% (en ne prenant en compte que les cas les plus graves) et 20% pour la dyslexie uniquement pour les organisations américaines comme le centre Dyslexia de l’Utah.

Mais qu’est-ce qui cause les troubles Dys ?

Le concept de dyslexie est utilisé depuis le 19ème siècle (d’abord par Rudolf Berlin en 1887) et celui de trouble d’apprentissage depuis 1963 (par Samuel A. Kirk) mais les causes exactes ne sont pas encore parfaitement connues.

” Les chercheurs reconnaissent qu’il existe de nombreuses causes possibles de dyslexie, y compris la génétique “. Cette phrase est valable pour la plupart des autres “Dys”.

Il n’est pas toujours facile d’identifier un trouble d’apprentissage spécifique, mais plus tôt on le fait, mieux on peut aider la personne.

source Mooc dys

Please follow and like us:

“C’est vous qui le dites” : Jules – 7 ans

Je m’appelle Jules, j’ai 7 ans et c’est très compliqué de lire pour moi.
Pourtant, je fais de gros efforts pour me concentrer et essayer d’y arriver. Je vois bien que maman, papa et ma maîtresse s’inquiètent. Je me sens nul ! J’ai peur de ne pas y arriver et je suis en colère contre moi… Je doute de plus en plus de mes capacités et j’ai souvent envie de baisser les bras car je crois que je n’y arriverai jamais.

Ça, c’était avant …

Mes parents ont décidé de m’aider autrement et nous avons rencontré Stéphanie Minati, spécialiste en aide à l’apprentissage.
Elle m’a beaucoup écouté et ensuite en jouant, nous avons travaillé avec une multitude d’outils :
  • Elle m’a présenté ENCEFAL® pour que je comprenne comment fonctionne mon cerveau et que je me rende compte de tout ce que je sais déjà faire et aussi pour comprendre ce qui m’intéresse naturellement …
  • Elle m’a montré comment me détendre en respirant mieux et aussi comment connecter mon corps avec mon cœur et mon esprit, parce quand je travaille avec les 3 ensemble, j’y arrive beaucoup mieux. Elle appelle ça la pratique de l’attention…
J’ai vu Stéphanie 10 fois. On a beaucoup joué et les séances me semblaient trop courtes ^^. Même si on travaille beaucoup pendant cette heure, c’était agréable et en plus j’ai compris plein de choses sur mon cerveau et surtout comment faire pour que ce soit plus facile.
Aujourd’hui, je lis beaucoup mieux et même, ça me plait ! Je me sens capable de faire des choses, alors qu’avant j’avais peur d’essayer ! Quand j’ai de nouvelles choses à faire, je sais comment m’y prendre pour que ça se passe bien. Mes parents me trouvent aussi plus détendu à la maison, ils disent que mon comportement a changé ; Et à l’école aussi, ma maîtresse me dit qu’elle me trouve plus calme et plus concentré.
Stéphanie a tout expliqué à mes parents sur la pratique de l’attention et sur les jeux ; elle leur a montré ce qu’ils peuvent m’apporter, comment nous en servir. On va beaucoup jouer ensemble, ça va m’aider encore plus et ça me fait tellement plaisir !

Merci à Jules, ce grand garçon plein de ressources et de magie , ainsi qu’à ses parents pour ce témoignage !

Please follow and like us:

Sophrologie Reconnective

Depuis 2015, je me forme à la sophrologie. Déjà relaxologue certifiée, ce qui fût une première étape, je finis mon cursus de sophrologie bientôt, et je m’intéresse tout particulièrement à la sophrologie reconnective :

Pourquoi reconnective ?
Elle mène à la reconnexion avec soi-même et son propre environnement.

Mes divers suivis en coaching m’ont vraiment donné envie  et montré le besoin d’une telle technique : de la sophrologie, de la pleine conscience pour une redécouverte de soi, tout en douceur et avec AMOUR.

Outil de mieux-être
et
de développement personnel

La Sophrologie reconnective c’est d’abord un outil de connaissance de Soi, et plus encore :

Un outil de reconnexion à soi en tenant compte de ce qui nous entoure.

C’est une méthode d’éveil et de croissance personnelle basée sur des outils de Sophrologie et de pleine conscience. La Sophrologie reconnective nous permet de placer notre corps physique et psychique dans un état de profonde relaxation, de calmer le flux des pensées et celui des émotions.
Découvrir le niveau Sophroliminal, à la frontière du sommeil : entre l’éveil et le monde des rêves.

C’est alors l’état idéal pour dépasser notre cadre de conscience ordinaire afin d’atteindre un état de conscience particulier qui facilite la reconnexion avec ce que certains appellent la Source ou le Soi véritable.

La particularité de cet état est qu’il permet de découvrir en nous les solutions que notre mental seul n’est pas en mesure de discerner.

La sophrologie reconnective apporte  mieux-être, harmonie et plus de confiance en soi en nous proposant de rééquilibrer nos différents plans : corporel, émotionnel, mental et interpersonnel. Elle a permis à certains qui en avait besoin, de dépasser la douleur.

Un travail en douceur et en profondeur sur les intelligences multiples, telles que :  interpersonnelle & intrapersonnelle, ( & aussi existentielle si on se réfère à la théorie des 9 intelligences…)

Vous êtes à la recherche de sérénité, d’apaisement, de directions, de réponses dans la vie ?
Tout ceci est déjà en vous, à l’intérieur de vous, la sophrologie reconnective vous donne la possibilité de vous reconnecter à vous-même.

 

Vous en saurez plus bientôt !
Si cette approche vous intéresse, et que vous trépignez déjà d’impatience d’en savoir plus, parlons-en !

 contactez-moi

Please follow and like us:

Autour de la parentalité, la rentrée sera FUN & POSITIVE ! …

Issu de nos expériences et de nos formations respectives, conçu à 4 mains :

Un nouveau concept pour les parents et les familles :

Please follow and like us:

Les managers optimistes

Les managers les plus enthousiastes sont aussi ceux qui tirent le meilleur de leurs collaborateurs. C’est un fait.
Les entreprises ne s’y trompent pas : l’enthousiasme est une qualité de plus en plus recherchée chez les cadres.

Les Français seraient pessimistes?

Comprendre les racines du pessimisme français : La faute en reviendrait essentiellement à Voltaire et son imbécile heureux de Candide.
Pourtant aujourd’hui, tout nous montre qu’être optimiste, c’est bon !

Pour le moral évidemment, pour la santé également mais aussi pour sa carrière

Le constat n’est pas nouveau : dans les années 80, le psychologue Martin Seligman avait déjà démontré le pouvoir de l’optimisme au travail, en comparant les résultats des ventes des optimistes à ceux des pessimistes :

Les plus optimistes vendaient presque 40 % de plus que les autres et leur taux de turn-over était deux fois moins élevé.

Idem chez les managers, voici le portrait robot du manager optimiste :

  • Il fait ressortir les “points forts” de ses collaborateurs.
  • Le manager optimiste ne s’attarde pas sur les échecs et “les raisons de la défaite”.
  • Il oriente vers la recherche de solutions.
  • Il aime prendre ses collaborateurs en flagrant délit de réussite, félicite les victoires.
  • Il pousse à la persévérance et à la prise de risque.

Alors, et si on dopait votre optimisme ?
Il y a tellement de bonnes raisons de devenir plus optimiste …

Please follow and like us: