C’est vous qui le dites : Jennifer, maman de Lehna 7 ans

“Lehna est une petite fille âgée de 7 ans qui avait de très grosses difficultés scolaires, elle était tête en l’air, pas concentrée du tout, lui faire faire une simple lecture de 3 lignes pouvait me pendre jusqu’à 2 heures.
L’apprentissage des jours de la semaine, par exemple lui a pris 2 ans.
Aujourd’hui grâce au travail effectué avec Stéphanie, Lehna est contente d’aller à l’école, elle me demande tout le temps de travailler, elle est plus concentrée et elle a découvert que lire était facile, il fallait juste trouver la bonne clef et adapter le travail en fonction d’elle … Les devoirs d’école se font en 20 min grand max contre plusieurs heures auparavant tout ça avec le sourire et non plus des pleurs.
Je n’avais pas encore dit à la maîtresse que Lehna suivait la méthode EnCéFAL® ; Aujourd’hui, j’avais rendez-vous avec elle et elle m’a dit que Lehna s’était améliorée, qu’il fallait qu’elle continue ainsi.
Lehna est fière d’elle et n’a qu’une envie c’est de continuer et donner tout ce qu’elle a.
Merci Stéphanie”

Merci Jennifer pour ton témoignage !

À ce jour, nous avons fait Lehna et moi 7 séances EnCéFAL®- en ligne, chaque mercredi matin.
En parallèle, j’ai fait le point avec Jennifer sur les jeux dont les enfants disposent à la maison. Je lui ai conseillé certains à privilégier compte tenu du profil intelligences multiples de Lehna.
À chaque fin de séance, nous prenons 10mn pour faire le point, nous parlons pratique de l’attention, connaissance et accueil des émotions, par exemple. Nous faisons un travail commun qui demande à la famille de s’impliquer autrement…en jouant, en comprenant le mode de fonctionnement de chacun, en pointant, notamment, tous les efforts effectués.
Please follow and like us:

Améliorer la relation parent-enfant avec la pratique de l’attention.

Des chercheurs se sont intéressés aux effets de la pratique de la mindfulness (pratique de l’attention) dans le cadre de la relation parent-enfant chez des enfants diagnostiqués avec une troubles de l’attention et de l’hyperactivité (TDAH).

Chez ces enfants, les difficultés d’obéissance amènent souvent les parents à exercer un contrôle sur leur enfant, aboutissant parfois à une augmentation de l’opposition de l’enfant.
Cette situation d’opposition empêche l’enfant de développer lui-même des stratégies d’auto-régulation.

Cette étude suggère que l’entraînement à la pleine conscience pour les mères et leur enfants, diagnostiquées TDAH améliore la relation mère-enfant.

De plus, elle indique que l’amélioration commence dès que la mère s’engage dans la pratique, avant même que l’enfant ne pratique la pleine conscience lui-même.

Les résultats sont encore améliorés lorsque l’enfant débute la pratique.


En pratique :

Le programme de suivi individuel Beau Bien Bon tend à amener les participants vers la pratique de la pleine conscience (observation éclairée de soi).

Pleine conscience de son hygiène de vie,
Pleine conscience du jeu,
Pleine conscience du Beau Bien Bon de la vie.

Source EnCéFAL®️

 

Plus d’informations

contact@stephanieminati.fr

Please follow and like us:

Troubles DYS… qu’est ce que c’est?

Ils ne sont pas la conséquence d’un handicap visuel, auditif ou moteur, d’un retard mental, de troubles émotionnels, ou d’un désavantage environnemental, culturel ou économique.
Ils peuvent affecter le développement cognitif d’une ou de plusieurs habiletés telles que parler, lire, écrire, faire des mathématiques, planifier et coordonner des tâches motrices.

Il est important de distinguer les troubles dys eux-mêmes des difficultés d’apprentissage, qui est une expression générique, utilisée dans le sens le plus large, se référant à divers aspects de l’échec scolaire de l’élève, quelle qu’en soit la cause.

Les troubles dys peuvent être présents séparément, mais il arrive fréquemment que des troubles dys différents se chevauchent. L’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (Inserm) a publié en 2014 que 40% des enfants ayant un “Dys” en ont au moins un autre. Alors que l’Association européenne de la dyslexie estime  que :

  • 50 % des personnes dyslexiques sont également dyspraxiques.
  • 40 % des personnes atteintes de dyspraxie sont dyslexiques ou présentent des différences d’attention.
  • 85 % des personnes atteintes de dysphasie sont également dyslexiques.
  • 20 % des personnes dyslexiques présentent des différences d’attention avec ou sans hyperactivité.
  • 50 % des enfants hyperactifs sont dyslexiques, etc.

Lorsque nous parlons de troubles spécifiques du langage, nous faisons référence, au sens strict, aux problèmes d’apprentissage :

  • Primaire ou spécifique
  • Intrinsèque à la personne qui apprend
  • Pour lequel il est difficile de trouver une explication

Malgré le fait que de nombreux apprenants sont affectés par les troubles Dys, l’estimation de leur quantité est variable.

L’Association européenne de la dyslexie estime qu’il y a entre 5 et 12 pour cent de la population ayant au moins un TSA. Mais ces estimations peuvent varier davantage selon la personne à qui vous parlez. Comme il n’existe pas de statistiques complètes, les estimations varient entre 1% (en ne prenant en compte que les cas les plus graves) et 20% pour la dyslexie uniquement pour les organisations américaines comme le centre Dyslexia de l’Utah.

Mais qu’est-ce qui cause les troubles Dys ?

Le concept de dyslexie est utilisé depuis le 19ème siècle (d’abord par Rudolf Berlin en 1887) et celui de trouble d’apprentissage depuis 1963 (par Samuel A. Kirk) mais les causes exactes ne sont pas encore parfaitement connues.

” Les chercheurs reconnaissent qu’il existe de nombreuses causes possibles de dyslexie, y compris la génétique “. Cette phrase est valable pour la plupart des autres “Dys”.

Il n’est pas toujours facile d’identifier un trouble d’apprentissage spécifique, mais plus tôt on le fait, mieux on peut aider la personne.

source Mooc dys

Please follow and like us:

“C’est vous qui le dites” : Jules – 7 ans

Je m’appelle Jules, j’ai 7 ans et c’est très compliqué de lire pour moi.
Pourtant, je fais de gros efforts pour me concentrer et essayer d’y arriver. Je vois bien que maman, papa et ma maîtresse s’inquiètent. Je me sens nul ! J’ai peur de ne pas y arriver et je suis en colère contre moi… Je doute de plus en plus de mes capacités et j’ai souvent envie de baisser les bras car je crois que je n’y arriverai jamais.

Ça, c’était avant …

Mes parents ont décidé de m’aider autrement et nous avons rencontré Stéphanie Minati, spécialiste en aide à l’apprentissage.
Elle m’a beaucoup écouté et ensuite en jouant, nous avons travaillé avec une multitude d’outils :
  • Elle m’a présenté ENCEFAL® pour que je comprenne comment fonctionne mon cerveau et que je me rende compte de tout ce que je sais déjà faire et aussi pour comprendre ce qui m’intéresse naturellement …
  • Elle m’a montré comment me détendre en respirant mieux et aussi comment connecter mon corps avec mon cœur et mon esprit, parce quand je travaille avec les 3 ensemble, j’y arrive beaucoup mieux. Elle appelle ça la pratique de l’attention…
J’ai vu Stéphanie 10 fois. On a beaucoup joué et les séances me semblaient trop courtes ^^. Même si on travaille beaucoup pendant cette heure, c’était agréable et en plus j’ai compris plein de choses sur mon cerveau et surtout comment faire pour que ce soit plus facile.
Aujourd’hui, je lis beaucoup mieux et même, ça me plait ! Je me sens capable de faire des choses, alors qu’avant j’avais peur d’essayer ! Quand j’ai de nouvelles choses à faire, je sais comment m’y prendre pour que ça se passe bien. Mes parents me trouvent aussi plus détendu à la maison, ils disent que mon comportement a changé ; Et à l’école aussi, ma maîtresse me dit qu’elle me trouve plus calme et plus concentré.
Stéphanie a tout expliqué à mes parents sur la pratique de l’attention et sur les jeux ; elle leur a montré ce qu’ils peuvent m’apporter, comment nous en servir. On va beaucoup jouer ensemble, ça va m’aider encore plus et ça me fait tellement plaisir !

Merci à Jules, ce grand garçon plein de ressources et de magie , ainsi qu’à ses parents pour ce témoignage !

Please follow and like us:

Autour de la parentalité, la rentrée sera FUN & POSITIVE ! …

Issu de nos expériences et de nos formations respectives, conçu à 4 mains :

Un nouveau concept pour les parents et les familles :

Please follow and like us:

Un cursus dédié aux parents

Cette semaine, un projet en gestation depuis plusieurs années a vu le jour…

Après avoir proposé des ateliers de groupe en présentiel pendant plusieurs années ainsi que du coaching parental, voici la version “on line”  vous proposant découverte et expérimentation  :
Pas à pas vers une nouvelle parentalité, réenchantez la relation parent-enfant !

Pour accéder à la plateforme en ligne, cliquez sur l’image  :

Please follow and like us:

Une étude menée auprès d’enfants à haut potentiel

Durant près de trois ans, une étude a été menée au CERMEP (Centre d’Imagerie du Vivant) de Lyon par Fanny Nusbaum, docteur en psychologie, chercheur en neurosciences et dirigeante du Centre PSYRENE, et Dominic Sappey-Marinier, chef du département IRM du CERMEP-Imagerie du Vivant, enseignant de biophysique à la Faculté de Médecine Lyon-Est, et chercheur en imagerie médicale à CREATIS de l’Université Claude Bernard-Lyon1. Cette étude a analysé l’anatomie et les spécificités fonctionnelles du cerveau des enfants dits à « haut potentiel ».

Cette étude démontre clairement que les enfants à « haut potentiel » (QI>130) présentent une connectivité cérébrale bien plus importante que les enfants au QI standard dans plusieurs régions cérébrales comme le corps calleux qui relie les deux hémisphères et dans différents faisceaux intra-hémisphériques. Donc, le transfert d’information est plus rapide au sein d’un même hémisphère mais aussi d’un hémisphère à l’autre.

Il y aurait 2 profils type  « haut potentiel » :

  • Le Complexe montre des capacités plutôt hétérogènes.
    -Il est plus créatif, plus visionnaire, mais aussi plus sujet aux difficultés d’apprentissage et de relations sociales, ainsi qu’à la dyslexie ou la dyspraxie.
    – connectivité plus élevée dans l’hémisphère gauche, l’hémisphère du langage,
    – plus centrés sur eux-mêmes, plus indépendants, et donc moins adaptés socialement.

 

  • Le Laminaire montre des capacités plutôt homogènes.
    -Il est plus solide et adaptable, mais aussi plus sujet à l’anxiété de performance, au surmenage et à certaines addictions à partir de la fin de l’adolescence.
    – utilisent plus l’hémisphère droit, l’hémisphère qui contrôle les capacités visuo-spatiales et permet une analyse objective,
    – ouverts sur les autres, davantage dans l’empathie.

Comment les aider, les accompagner ?
Dominic Sappey-Marinier répond à cette question :

« Par exemple, un « Complexe » à l’imagination débordante sera plus sensible à l’hypnose, alors que celui qui souffre d’inhibition ou d’un déficit d’attention aura davantage intérêt à faire de la remédiation cognitive. A l’inverse, l’hypnose sera très utile au « Laminaire », pour développer l’imagination, le reconnecter avec son moi intérieur. »

 

Retrouvez l’article original  ici

Please follow and like us:

Comment le jeu façonne le cerveau

Dans Cerveau & Psycho de ce mois d’Avril 2018 :
 
Comment le jeu façonne le cerveau !
 

Jouer librement est d’une importance capitale pour le développement cognitif et social ;

 

 
COOPÉRATION – LANGAGE – RÉSOLUTION DE PROBLÈMES – PENSÉES CONTREFACTUELLES – MAÎTRISE DE SOI – NEUROGÉNÈSE – COMPÉTENCES SOCIALES – PALETTES D’EXPRESSIONS – RÉDUCTION DE L’ANGOISSE – GESTION DES CONFLITS – PENSÉE MATHÉMATIQUE – ATTENTION – CALME

Ajoutons-y toute une gamme de stimulations diverses : 
  • les intelligences multiples,
  • les différentes formes de mémoire,
  • les différentes fonctions exécutives,
  • les émotions agréables,…

 

Vous souhaitez en savoir plus, ou utiliser les jeux pour stimuler et harmoniser vos intelligences, stimuler votre mémoire, et vos fonctions cognitives (flexibilité, planification…)?
Vous souhaitez découvrir comment les jeux peuvent vous aider au quotidien, dans les apprentissages ou dans votre travail?
 
Sentez-vous libre de me contacter :
 
contact@stephanieminati.fr
Please follow and like us: