Le sentiment d’efficacité personnelle

Confiance en soi? Estime de soi? Sentiment d’efficacité personnelle ?

J’ai rencontré récemment les travaux d’Albert Bondura au sujet du sentiment d’efficacité personnel, et j’ai souhaité faire le lien avec certains accompagnements.

👉 la confiance en soi : vous avez confiance en vos capacités, en vos ressources personnelles pour trouver des solutions à vos soucis, vos intertogations…
👉 l’estime de soi : elle se manifeste par la fierté que vous avez d’être vous-même et repose sur l’évaluation continue de vos actions..
👉 le sentiment d’efficacité personnelle

Définir, développer le sentiment d’efficacité personnelle :

L’expérience : Les expériences personnelles, de réussites ou d’échecs, sont les plus influentes sur le sentiment d’efficacité. Noter ses réussites avec objectivité, questionner votre entourage à propos de vos réussites (avec le plus d’objectivité possible).

L’observation d’autrui : Observer quelqu’un d’autre réussir à atteindre un but augmente le sentiment d’une personne qu’elle peut réussir elle aussi. Un mélange de plusieurs approches ici, on.va parler de neurones miroirs chez les enfants, mais aussi de la force de l’intention ou encore du fait d’observer ce que considérez comme de la réussite pour vous apercevoir que vous êtes au moins en chemin …

La persuasion sociale : Il s’agit des encouragements ou découragements. Il est généralement plus facile de diminuer le sentiment d’efficacité personnelle de quelqu’un que de l’améliorer. Vous entourer de personnes qui vous font progresser, qui valorisent ou à minima notent vos réussites.

Les facteurs physiologiques et émotifs : Les gens se fient aussi en partie à leurs états émotifs et physiologiques pour juger de leur capacité. Ils interprètent leurs réactions de stress et de tension comme un signe de vulnérabilité. L’humeur affecte également les jugements sur l’efficacité personnelle. Une meilleure compréhension de votre vie émotionnelle et la conscience de l’impermanence des émotions est incontournable.

Les personnes qui ont un sentiment d’efficacité personnelle élevé ont tendance à avoir une meilleure estime de soi et à être plus optimiste.

Du Beau, du Bien, du Bon pour doper votre optimisme et votre sentiment d’efficacité personnelle !

On fixe un rendez-vous pour un accompagnement en ligne?

La DOSE de bonheur

Saviez-vous que quand vous êtes heureux, il se passe des choses dans votre cerveau ?
Et que ce qu’on associe au bonheur a des origines chimiques ?
Et oui, tout se passe au niveau de nos neurones !
Et pour se sentir plus heureux, on a même la chance de pouvoir influencer dessus !
Top, non ?

Le BeauBienBon© et EnCéFAL® nous présentent ces hormones du bonheur de cette manière : La DOSE Faisons un petit tour pour savoir comment faire.

  • Dopamine

Elle gère le niveau de “récompense” de notre cerveau. Cela peut être un compliment que l’on vous fait sur votre propre personne ou sur un travail accompli ou encore la réalisation d’un but quelque-soit le niveau.
Neurotransmetteur de la  réussite et de l’enthousiasme=> par exemple si vous montez les escaliers de la tour Eiffel, c’est long !… pour faire le dernier étage et vous motiver pour dernier effort=C’est l’idée de ce qu’on va réussir à faire ou le paysage attendu !
Penser à la sensation que l’on va avoir une fois arrivé en haut est créée par la Dopamine. L’effet WAOUH intérieur, on l’a aussi dans le BEAU qui vous laisser en second effet un sentiment de bien-être profond.

La dopamine est également déclenchée par des actes de générosité ou de bonté (le BON). Alors faites des cadeaux à vos proches, devenez bénévole dans une association caritative !

  • Ocytocine

Cette hormone, généralement associée à l’hormone de l’amour, est produite en grande quantité lorsque nous sommes entourés des personnes que nous aimons (notre compagnon, notre famille, nos amis, et même nos animaux de compagnie). Elle fait barrière à l’anxiété pour nous permettre d’être dans un état de bien-être total.
Bon moments, bons souvenirs, lien entre vous. Cultivez le BON.
Le Lien, c’est le O de DOSE : Neurotransmetteur de l’attachement (arrivée massive O au moment de l’accouchement qui crée un lien biologique entre la mère et son enfant / père lien apparait avec les soins que le père prodigue à son enfant et le temps passé en tête à tête avec son enfant !

  • Sérotonine

La sérotonine, un neurotransmetteur à l’origine de notre humeur, est utilisée dans les antidépresseurs pour une meilleure santé mentale.
Comment en produire ? Pratiquer une activité physique régulière, s’exposer à la lumière du jour, pratiquer les pensées positives chaque matin ou chaque soir avant de s’endormir (pratiquer le BeauBienBon©).
Revenons sur la tour Eiffel : une fois arrivé en haut, tout en haut, vous êtes fier d’avoir monté tous les étages, célébrez vos réussites, cultivez le BIEN !

Dans l’alimentation, trouver des aliments riches en tryptophane (précurseur de la sérotonine). Cela peut être du fromage, de la viande blanche, des œufs, des poissons. Pour les vegans et végétariens, rien de mieux que de manger des graines de courge, au top dans les salades de l’été !

  • Endorphines

Ces hormones, produites par le système nerveux central, nous aident à traiter la douleur physique. Elles sont généralement libérées après une séance d’exercice physique. Alors n’hésitez pas à sortir marcher, à faire du yoga en groupe ou dans votre salon, ou encore à aller faire une séance de jogging.
Faire du sport régulièrement, même quelques minutes, permet d’être plus en forme et plus en joie !

 

Donc pour résumer, profitez de la lumière du jour, de la nature, de vos amis et des personnes que vous aimez, (dites-le leur), fixez-vous des objectifs atteignables,  faites du sport, mangez de bons aliments sains, et vous aurez de plus grandes chances d’être heureux !

Envie de plus de bienveillance autour de vous?

Essayez et développez la méthode 4/2 !

L’idée est des plus simples:
Susciter bien-être, confiance et stimuler la notion de lien à l’autre.
Comment : établir/rétablir le contact !
  • Faire un sourire à toute personne qui passe à moins de 4 mètres de soi
  • Lui dire bonjour lorsque cette personne est à moins de 2 mètres.
Cette méthode décrite par Shawn Achor a été mise en place dans de grands palaces, et dans des hopitaux avec le plus grand succès.
Shawn Achor est l’une des figures majeures de la psychologie positive. Il se consacre aujourd’hui à la promouvoir dans le monde professionnel et est, à ce titre, appelé dans les plus grandes entreprises.
Prêt à mettre en place la contagion émotionnelle positive autour de vous?
Parlez en à vos amis, vos collègues, à vos enfants… au bout de 6 mois, même les plus réticents, se prennent au jeu qui consiste simplement à accorder de l’attention à autrui. Simple et efficace.
La magie est bien en nous.
Efficacité et Bien-être au travail : contact@stephanieminati.fr

IKIGAÏ

Dans la région d’Okinawa au Japon, l’Ikigai fait partie de la culture, et désigne la « raison d’être » de chaque vie.

Chercher son Ikigai, c’est un travail personnel qui pousse à fouiller en  soi et regarder ce qui est réellement important pour nous-même, notre usine à bonheur en somme !

Ikigaï est composé de 2 idées en japonais :   (生き) « Iki », la vie, et  (甲斐) « Gaï » qui signifie littéralement « la réalisation de ce que l’on attend et espère ».

L’approche particulière d’IKIGAÏ est de vouloir se positionner en tant qu’acteur de notre vie, en son centre, au croisement de nos différents intérêts.

Il conjugue passion, profession, vocation et mission.

Il nous permet de décortiquer et d’analyser point par point ce qui nous met en mouvement, de mettre un mot sur ce qui nous intéresse, et de bien différencier chaque aspect de notre vie:

  • Ma passion est-elle ma profession?
  • Ma vocation aide-elle les autres?
  • Ma passion doit-elle être utile au monde?

Identifiez chacun des cercles, puis leurs croisements, et trouvez progressivement votre Ikigaï.
C’est un travail long, qui demande de la patience et de la persévérance.
Il est tout de même possible que vous ayez déjà les réponses à certaines des questions :

  • Qu’aimez-vous ?
  • Pour quoi êtes-vous doué.e ?
  • Pour quoi pouvez-vous être payé.e ?
  • De quoi le monde a-t’il besoin ?

-> Au centre vous trouverez votre ikagaï.

Si vous éprouvez le besoin de faire ce travail accompagné, sentez-vous libre de me contacter !

contact@stephanieminati.fr

Beau Bien Bon au service de votre cerveau !

Beau Bien Bon est une façon très naturelle et très saine d’augmenter son bien-être.
L’approche que le Dr Elisabeth Grimaud a décrit dans son livre “Beau Bien Bon” veut permettre à chacun de s’entraîner chaque jour pour placer le beau, le bien et le bon au cœur de sa vie :
Le BEAU sublime
Le BIEN équilibre
Le BON rassemble
Et ainsi permettre au cerveau d’activer les neurotransmetteurs du bien-être, appelés D.O.S.E (Dopamine, Ocytocine, Sérotonine et Endorphine).
En travaillant sur son cerveau, chacun peut apprendre à se servir de deux mécanismes pour voir et vivre sa vie différemment :
  • la flexibilité mentale : changer de point de vue sur une situation
  • le contrôle inhibiteur : lutter contre les automatismes et les mauvaises routines gardées par habitude et non par choix

Chacun va, ainsi, de façon très naturelle, bénéficier de l’approche Beau Bien Bon :

  • Changer de regard sur le quotidien
  • Être en phase avec soi-même
  • Développer de meilleures relations avec les autres.
C’est ça, le Beau Bien Bon, une formule qui fait de chacun le magicien-artisan de sa vie !
Plus d’informations?
J’ai été formée à Encéfal®  et au BeauBienBon©, par Elisabeth Grimaud,
Le Beau Bien Bon, c’est un livre, une conférence, des ateliers.
Programmez une conférence-présentation du Beau Bien Bon près de chez vous !
=> contact@stephanieminati.fr

Le bonheur au travail

Shawn Achor, une des figures majeures de la psychologie positive, traite dans un de ses livres (ref plus bas) des 7 principes qui vont permettre de développer le bonheur de manière progressive et efficace :
  • L’atout bonheur : C’est le bonheur qui permet la réussite, et non pas l’inverse.
  • Le point d’appui : Notre état d’esprit modifie les résultats objectifs et les conséquences de nos expériences.
  • L’effet Tetris : Le fait de se focaliser sur les problèmes au travail nous entraîne à repérer ce qui ne va pas dans tous les domaines de notre vie. S’entraîner à chercher le positif peut avoir l’effet inverse. On développe alors la créativité, la motivation, l’efficacité et le bonheur.
  • Le rebond : La manière dont on gère les difficultés et les échecs va influencer notre bonheur. Avoir une vision optimiste des événements focalisée sur le positif, rend les choses plus faciles et nous aide à rebondir.
  • Le cercle de Zorro : L’idée est ici de reprendre le contrôle en prenant conscience de ses émotions et en s’attaquant à des objectifs raisonnables. De cette manière on peut avancer progressivement et être plus efficace et heureux petit à petit (voir la technique des petits pas, “le Kaizen”). Avoir une approche qui se focalise sur des buts atteignables permet de progresser en développant ses compétences.
  • La règle des 20 secondes : Si vous voulez créer une nouvelle habitude, vous allez devoir essayer de l’intégrer dans votre routine quotidienne le plus facilement possible et en économisant le plus d’énergie possible. Cela signifie : moins il vous faudra de temps pour la réaliser (dans l’idéal 20 secondes ou moins), et plus vous serez motivé à la faire.
  • L’investissement social : Protéger et développer le lien social est extrêmement important dans l’épanouissement personnel et le bonheur. Le lien social permet d’être plus heureux, mais le fait d’être à l’écoute des autres est également très positif pour le bonheur et la réussite professionnelle.
Chaque point présente des expériences scientifiques de manière très accessible. Des techniques concrètes pour mettre en application les enseignements de ces recherches sur le bonheur sont également proposées.
Shawn Achor : « Comment devenir un optimiste contagieux ».

Intuition … Quid?

LAROUSSE :

Connaissance directe, immédiate de la vérité, sans recours au raisonnement, à l’expérience.

PHILO :

♦ [Chez Kant et ses héritiers] Connaissance immédiate d’une réalité présente actuellement à l’esprit.

[L’obj. de l’intuition est une réalité existant en soi, transcendante] Intuition intellectuelle. Le noumène au sens négatif est la chose en soi, en tant qu’elle n’est pas objet de notre intuition sensible. Le noumène au sens positif est la chose en soi, en tant qu’elle est objet d’une intuition intellectuelle (R. Verneaux, Critique de la raison pure de Kant, Paris, Aubier Montaigne, 1972, p. 163). (Noumène = terme Kantien emprunté à Platon désignant l’idée en tant qu’objet pur de l’entendement)

[L’obj. de l’intuition est fourni par la sensibilité] Intuition sensible. Ce que Kant exprime en disant que toutes nos intuitions sont sensibles, ou, en d’autres termes, infra-intellectuelles. Il n’y a que des intuitions sensibles et point d’intuitions intellectuelles, du moins pour l’homme. Dans une intuition intellectuelle en effet, l’esprit se donnerait à lui-même l’objet qu’il voit; mais un tel mode de connaissance n’appartient qu’à l’Être suprême; l’intuition humaine suppose qu’un objet est donné qui affecte notre esprit.

♦ [Chez Bergson] Un absolu ne saurait être donné que dans une intuition, tandis que tout le reste relève de l’analyse. Nous appelons ici intuition la sympathie par laquelle on se transporte à l’intérieur d’un objet pour coïncider avec ce qu’il a d’unique et par conséquent d’inexprimable .

Bon… 👀‼️

 

👉une approche pragmatique?…

L’intuition, celle en qui on peut avoir confiance,  comporte ces 3 bases :

le coeur, le corps, la tête.

✅ Le coeur : les émotions sont des indicateurs auxquels on pense rapidement quand il est question d’intuition. Savoir les reconnaitre, pour guider vers les besoins essentiels.

✅ Le corps : les sensations, ce qui passe par le corps. Le corps peut donner des indications interessantes sur une idée, un choix.

✅ La tête : le mental, la réflexion, nos processus cognitifs ont une importance primordiale pour que l’intuition soit posée dans un contexte extérieur.

C’est en mettant en phase ces 3 aspects, que l’intuition est complète et équilibrée…

Émotions “positives”

Nous sommes programmés pour détecter le négatif (une question de survie de l’espèce héritée de nos ancêtres), alors une seule remarque négative a plus d’impact que 10 idées positives.
Il est donc particulièrement important d’utiliser des paroles positives lorsqu’on s’adresse à quelqu’un, et aussi de créer soi-même ses propres émotions positives (les 3B du bonheur : le Bien, le Beau, le Bon)

Avantages :

  • Stimulation de la créativité
  • Réduction des toxines
  • Réduction du stress
  • Travail plus rapide et plus précis, efficace
  • Sécrétion de neurotransmetteurs (comme la dopamine et les endorphines). Ceux-ci dynamisent nos capacités d’apprentissage. Ils stockent également mieux les informations, ce qui nous permet de mieux retrouver celles-ci par la suite.
  • Le cortex visuel (qui pilote la vue) enregistre plus de détails.

 

Il est possible de créer des émotions positives :

  • Visualiser le meilleur, (« le meilleur est à venir »)
  • Créer des images, des sensations agréables
  • Etre encouragé
  • Rire
  • Se souvenir de moments heureux
  • Ecouter un morceau de musique qui nous plaît…

Comme tous les changements de notre vie, quand on commence, il faut produire un effort, puis au bout de quelque temps, ça devient naturel.

Créer des émotions positives est important pour nous adultes et parents, comme pour nos enfants. à utiliser sans modération !