Améliorer la relation parent-enfant avec la pratique de l’attention.

Des chercheurs se sont intéressés aux effets de la pratique de la mindfulness (pratique de l’attention) dans le cadre de la relation parent-enfant chez des enfants diagnostiqués avec une troubles de l’attention et de l’hyperactivité (TDAH).

Chez ces enfants, les difficultés d’obéissance amènent souvent les parents à exercer un contrôle sur leur enfant, aboutissant parfois à une augmentation de l’opposition de l’enfant.
Cette situation d’opposition empêche l’enfant de développer lui-même des stratégies d’auto-régulation.

Cette étude suggère que l’entraînement à la pleine conscience pour les mères et leur enfants, diagnostiquées TDAH améliore la relation mère-enfant.

De plus, elle indique que l’amélioration commence dès que la mère s’engage dans la pratique, avant même que l’enfant ne pratique la pleine conscience lui-même.

Les résultats sont encore améliorés lorsque l’enfant débute la pratique.


En pratique :

Le programme de suivi individuel Beau Bien Bon tend à amener les participants vers la pratique de la pleine conscience (observation éclairée de soi).

Pleine conscience de son hygiène de vie,
Pleine conscience du jeu,
Pleine conscience du Beau Bien Bon de la vie.

Source EnCéFAL®️

 

Plus d’informations

contact@stephanieminati.fr

Please follow and like us:

Autour de la parentalité, la rentrée sera FUN & POSITIVE ! …

Issu de nos expériences et de nos formations respectives, conçu à 4 mains :

Un nouveau concept pour les parents et les familles :

Please follow and like us:

Une étude menée auprès d’enfants à haut potentiel

Durant près de trois ans, une étude a été menée au CERMEP (Centre d’Imagerie du Vivant) de Lyon par Fanny Nusbaum, docteur en psychologie, chercheur en neurosciences et dirigeante du Centre PSYRENE, et Dominic Sappey-Marinier, chef du département IRM du CERMEP-Imagerie du Vivant, enseignant de biophysique à la Faculté de Médecine Lyon-Est, et chercheur en imagerie médicale à CREATIS de l’Université Claude Bernard-Lyon1. Cette étude a analysé l’anatomie et les spécificités fonctionnelles du cerveau des enfants dits à « haut potentiel ».

Cette étude démontre clairement que les enfants à « haut potentiel » (QI>130) présentent une connectivité cérébrale bien plus importante que les enfants au QI standard dans plusieurs régions cérébrales comme le corps calleux qui relie les deux hémisphères et dans différents faisceaux intra-hémisphériques. Donc, le transfert d’information est plus rapide au sein d’un même hémisphère mais aussi d’un hémisphère à l’autre.

Il y aurait 2 profils type  « haut potentiel » :

  • Le Complexe montre des capacités plutôt hétérogènes.
    -Il est plus créatif, plus visionnaire, mais aussi plus sujet aux difficultés d’apprentissage et de relations sociales, ainsi qu’à la dyslexie ou la dyspraxie.
    – connectivité plus élevée dans l’hémisphère gauche, l’hémisphère du langage,
    – plus centrés sur eux-mêmes, plus indépendants, et donc moins adaptés socialement.

 

  • Le Laminaire montre des capacités plutôt homogènes.
    -Il est plus solide et adaptable, mais aussi plus sujet à l’anxiété de performance, au surmenage et à certaines addictions à partir de la fin de l’adolescence.
    – utilisent plus l’hémisphère droit, l’hémisphère qui contrôle les capacités visuo-spatiales et permet une analyse objective,
    – ouverts sur les autres, davantage dans l’empathie.

Comment les aider, les accompagner ?
Dominic Sappey-Marinier répond à cette question :

« Par exemple, un « Complexe » à l’imagination débordante sera plus sensible à l’hypnose, alors que celui qui souffre d’inhibition ou d’un déficit d’attention aura davantage intérêt à faire de la remédiation cognitive. A l’inverse, l’hypnose sera très utile au « Laminaire », pour développer l’imagination, le reconnecter avec son moi intérieur. »

 

Retrouvez l’article original  ici

Please follow and like us:

Op-Speed-Coaching

–   Parce que nous avons beaucoup étudié la question, que les demandes de nos clients nous amènent toujours à travailler la notion d’optimisme de manière pointue et que nous la concevons comme une base, un travail de fond ;

–   Parce que nous aimons cette approche et nous avons constaté qu’en travaillant l’optimisme, beaucoup de choses se réglaient beaucoup plus facilement ;

Avec ma collègue et néanmoins amie, Sabrina Larose,  elle aussi coach en psychologie positive, formatrice, consultante et ludocoach, nous avons décidé de concevoir une formule de speed coaching pour doper votre optimisme!

En effet, l’optimisme viendrait à 50% de notre patrimoine génétique, le reste est entièrement de notre fait, et nous pouvons le travailler, le faire grandir en nous !
C’est donc la BONNE NOUVELLE :
L’OPTIMISME SE TRAVAILLE

Il est possible de stimuler, de doper son degré d’optimisme.

Et pourquoi est-ce utile d’être plus optimiste?

L’aventure vous plairait?

Vous aimeriez développer votre optimisme?

Nous vous proposons cela en 3 séances d’environ 1 heure séparées d’environ 2 à 3 semaines.
Vous aurez un apport théorique, et des plans d’actions à mener pour découvrir votre propre manière de concevoir votre vie “on the sunny side of the street”, remplie d’optimisme et d’idées pour améliorer les choses dans votre vie et  autour de vous !

Vous êtes tentés?
Ce coaching peut se prévoir en ligne ou en présentiel, et même chez vous (selon disponibilités) !

Contactez-moi !

Please follow and like us: